Se faire opérer du genou en Suisse

opérer du genou

Le genou peut s’user avec l’âge ou suite à un traumatisme ou à un rhumatisme articulaire. Cette usure de l’articulation peut causer une douleur permanente accompagnée d’une réduction de la mobilité. En l’absence de traitement, la douleur risque de devenir invalidante. Pour améliorer sa qualité de vie, une personne souffrant d’une arthrose au genou doit se faire soigner en suivant un traitement médical. Mais lorsque celui-ci est inefficace pour calmer la douleur, la dernière solution serait de subir une chirurgie du genou en Suisse.

Les préparatifs avant la chirurgie

Avant de procéder à une opération du genou, le chirurgien du genou réalise un bilan radiographique complet pour confirmer son diagnostic. Cette radiographie sert à identifier une usure avancée du cartilage, un mauvais positionnement des os ou des kystes osseux. Un scanneur du genou est également nécessaire pour planifier l’intervention et concevoir une prothèse de genou sur-mesure. Par ailleurs, le chirurgien du genou de https://onlyknee.swiss peut aussi demander au patient d’effectuer un bilan dentaire et urinaire pour déceler une éventuelle infection. Le cas échéant, il serait utile de traiter l’infection avant l’opération pour éviter toute contamination. Il faut donc faire une radiographie des dents ainsi qu’un prélèvement urinaire dans la semaine précédant l’hospitalisation.

La chirurgie du genou proprement dit

Il existe plusieurs formes d’opération du genou. Il peut s’agir d’une ligamentoplastie pour remplacer un ligament rompu ou encore d’une arthroplastie pour remplacer le cartilage du genou par un implant prothétique. Les chirurgiens de https://onlyknee.swiss/ peuvent aussi effectuer une ostéotomie pour ajuster l’axe du membre inférieur, une chirurgie méniscale, cartilagineuse ou bien une reprise de prothèse de genou.
Une chirurgie du genou est réalisée sous anesthésie générale ou locale. L’intervention peut durer une heure à une heure et demie.

La rééducation après l’opération

Après une chirurgie du genou, le patient doit entamer des séances de rééducation. C’est essentiel pour qu’il puisse récupérer rapidement sa mobilité et reprendre facilement la marche. Un séjour de 15 à 30 jours dans un centre de rééducation peut même être bénéfique. Avec l’aide d’un kinésithérapeute, la personne opérée peut déjà reprendre doucement la marche quatre jours après l’opération. Elle peut envisager de retourner à son travail au bout de trois mois.
À savoir qu’après une chirurgie du genou, la personne opérée doit être régulièrement suivie par son chirurgien. Des contrôles sont donc à effectuer deux mois après l’intervention, puis vers le sixième mois et enfin un an après. Par la suite, des visites annuelles sont vivement conseillées. Par la suite il faudra toujours prendre beaucoup de précaution avant et après un effort physique, tel que les échauffements et étirements.

Mieux vaut prévenir que guérir…

La meilleure façon d’éviter l’opération est d’épargner son genou en évitant les situations à risque. Les jeunes, en particulier, qui pratiquent un sport, se plaignent souvent de problèmes de genoux. Les déclencheurs typiques sont la montée d’escaliers (l’articulation du genou doit supporter un poids huit fois supérieur lors de la montée d’escaliers), la course en descente ou les activités sportives qui impliquent un effort en position accroupie profonde, mais aussi la position assise pendant de longues périodes.

Le cyclisme peut provoquer des douleurs au genou

Lors de la pratique du vélo, l’articulation du genou est principalement sollicitée par l’application d’une force élevée en montée ou par un « pédalage » excessif. Dans le cas du « genou du coureur », la douleur n’est pas due à un genou défectueux, mais à un raccourcissement des muscles de la région pelvienne et de l’ischion.

La physiothérapie

Dans la plupart des cas, l’opération du genou n’est pas du tout nécessaire, elle suffit souvent à limiter dans une large mesure les charges qui déclenchent la douleur. Il s’agit par exemple de méthodes d’entraînement dépassées en position accroupie, par exemple la marche en canard, les sauts à pieds joints, les accroupissements avec des poids, car elles exercent une pression élevée sur la rotule.

Les exercices de physiothérapie qui renforcent les muscles des cuisses sont utiles. Les appareils de fitness ou une large bande de gymnastique en caoutchouc, sont adaptés à cet effet. Il est également important de s’assurer que les muscles fléchisseurs du genou sont bien étirés. Un échauffement de cinq à dix minutes avec des exercices d’étirement soigneux est très important.

La natation et les exercices de renforcement et d’étirement avant et après le jogging sont recommandés comme thérapie pour le genou des coureurs. Des semelles orthopédiques spéciales peuvent également être utiles. Les bandages articulaires pour les genoux constituent un soutien en cas de surcharge.

Les enzymes soulagent l’inflammation du genou

Les muscles trop sollicités sont à l’origine des petites inflammations et des traumatismes qui provoquent la douleur. Bien entendu, l’arthrose peut également être à l’origine de douleurs dans l’articulation du genou – là aussi, des processus inflammatoires sont à l’origine de la douleur.

Une possibilité est donc d’atténuer l’inflammation, par exemple avec des enzymes : les enzymes soutiennent le processus de guérison des inflammations dues au stress, à l’arthrite, à une opération du genou. Elles aident à décomposer plus rapidement les corps protéiques au site de l’inflammation, accélérant ainsi le processus naturel de lutte contre l’inflammation. Les enzymes favorisent également le processus de guérison après une opération du genou.

Les sources naturelles d’enzymes sont, par exemple, l’ananas, la papaye, la mangue ou le kiwi. Cependant, il faudrait consommer plusieurs kilos pour cela. En outre, les enzymes contenues dans les fruits ne résistent pas à l’estomac et pénètrent difficilement dans la circulation sanguine. Les comprimés d’enzymes à enrobage entérique sont plus efficaces ; la forme dépôt garantit que les enzymes sont libérées avec un certain retard.

6 conseils pour épargner votre genou

  • Évitez de monter des escaliers, de marcher en descente, de faire des exercices d’accroupissement.
  • Les cyclistes doivent faire attention à la hauteur du cadre et du siège ainsi qu’à l’angle de la selle.
  • Renforcez les muscles des cuisses et du dos, par exemple en salle de sport.
  • Exercices d’échauffement et d’étirement
  • Baignade

 

Que manger la veille d’un marathon ou d’un semi-marathon ?
Calendrier : tous les grands événements running en France